Ces mauvaises herbes qui se mangent

Ces mauvaises herbes qui se mangent

Dernièrement j’ai eu la chance de participer à une semaine de formation de découverte des plantes médicinales qui poussent en Ardèche !

Nous étions une dizaine d’heureux curieux de la nature, guidés par Jennifer Lefebvre*,  dont sa connaissance des plantes nous à tous enchantés ! J’en profite tout de suite pour remercier Jennifer pour sa générosité et son enthousiasme à partager ses connaissances, je pense que nous aurions pu passer un mois sur place sans jamais nous lasser tant il y de choses passionnantes à apprendre à ses côtés !

Je vais donc essayer de condenser dans 3 articles distincts un petit bout de ce que j’ai pu apprendre et qui je trouve pourrait être utile à tous, en gros de ce que j’aurais aimé savoir plus tôt dans ma vie !

Quelle joie de connaitre enfin le nom et l’utilité de ces plantes que nous croisons et arrachons en pensant qu’il s’agit de mauvaises herbes !

Après la lecture illustrée de ces articles vous devriez voir les choses autrement :) – N’hésitez pas à commenter pour ajouter des recettes et des connaissances supplémentaires !
Nous commençons par les comestibles :)

Le Chénopode

Le Chénopode est un excellent « épinard sauvage » – Il envahit nos jardins, on l’arrache et le jette alors qu’il est excellent cru ou cuit, consommé comme un épinard ! Pour en savoir plus je vous conseille cet article très complet ! http://vegecru.com/chenopode

L’ Amaranthe

Faute de temps dernièrement, je ne l’avais pas arraché… quelle joie de découvrir que de l’Amaranthe pousse spontanément dans mon potager !
Il s’agit de l’Amaranthe Réfléchie, on la reconnait à sa feuille qui réfléchit la lumière (sa face cachée est plus claire et bien brillante) – A consommer cuite : j’ai essayé c’est très bon, dans un plat asiatique, en légume croquant c’est impeccable. En plus cette plante est excellente pour la santé et très riche en protéines. Elle est très consommée par les Amérindiens ainsi qu’en Inde.
L’Amarante Rouge ou Queue-De-Renard est beaucoup plus connue et même cultivée. On consomme ses graines qui font une excellente céréale que l’on trouve en magasin bio.

Le Pourpier

Il est de partout dans nos jardins, il parcourt nos potagers et prend ses aises entre nos légumes. Le pourpier est délicieux en salade, mélangé à d’autres crudités avec une vinaigrette, il apporte une touche surprenante et succulente ! Il parait qu’il se mange cuit également. A essayer !

Les Mauves

Les fleurs de Mauves se mangent en salade. Voici la Mauve Rontodifolia que l’on reconnait à ses feuilles rondes ! Manger les feuilles riches en mucilages permet d’adoucir, d’apaiser les voies digestives !
La jolie Mauve Sylvestre ou grande Mauve, plus haute sur tige dont les pétales présentent de jolies rayures bien distinctes !
Encore une autre mauve : la Mauve Musquée. Elle se reconnait à ses feuilles beaucoup plus découpées. Elle est moins intéressante pour son mucilage que la Grande Mauve mais on peut manger ses fleurs.

La Monnaie du Pape

Celle ci n’est pas très appétissante mais au printemps, il parait que quand les gousses sont jeunes et bien tendres, à consommer comme des poids gourmands, c’est un délice ! Vivement le prochain printemps !

Le Sureau

Sur fond de Montagnes Ardéchoises, on rencontre le Sureau qui peut se fondre dans la végétation et passer inaperçu alors que ses baies consommées cuites en confiture ou en jus par exemple sont excellentes.
Un magnifique spécimen de Sureau croisé près d’une habitation à Laboule ! C’est aussi un prébiotique : il stimule la flore intestinale : la production des bonnes bactéries – On peut l’utiliser en hydrolat et en tisane – Il peut aider en application sur l’œil en cas de conjonctive !

La Vipérine

Encore jeunes, ces élégantes fleurs mauves et bleue se mangent en salade. Je n’ai pas pu m’empêcher de penser au Contour des Yeux à la Vipérine de Pai : « Echium ou Vipérine:  L’huile extraite des graines de Vipérine est la source végétale connue la plus riche en acide gamma linolénique et en acide stéaridonique, deux des plus puissants agents calmants trouvés dans la nature. Son action anti-inflammatoire additionnelle, apaise instantanément les peaux sensibles pour un confort longue durée. »

La Consoude

La Consoude qui est de la même famille que la Vipérine, le Myosotis et la Bourrache est délicieuse en salade, en beignet ou en pesto ! Elle a été introduite et s’est échappée des cultures, on peut donc avoir la chance de la croiser dans la nature :) Elle a beaucoup de propriétés intéressantes réparatrices.

 

Évidemment cette liste n’est pas exhaustive mais c’est déjà un bon début :)
Vous connaissez certainement d’autres comestibles comme le Plantain, les Pissenlits, les Orties.. nous en reparlerons bientôt dans l’article dédié aux plantes médicinales !
A bientôt

* Jennifer et Matthieu Lefebvre cueillent, cultivent et transforment les plantes médicinales à Laboule en Ardèche. N’hésitez pas découvrir leur petit bijou : Akéomaï :)

 

2 réactions au sujet de « Ces mauvaises herbes qui se mangent »

  1. J’ai grandi nourrie aux pissenlits des champs de vaches et au pourpier des chemin. C’est bon, sain et inspirant pour cuisiner. Et les beignets d’amaranthe et de fleurs de sureau ……… Merci pour les infos et les souvenirs ;)

  2. Merci Cécile pour ton commentaire ! Hum une bonne salade de pissenlit avec une vinaigrette bien relevé, hoho je crois qu’il commence à faire faim :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *